Qu’est-ce qu’une AMACCA?

 

 

L’AMACCA est une économie sociale et solidaire.

 

La première AMACCA, (Association pour le Maintien des Alternatives en matière de Culture et de Création Artistique) a vu le jour en 2009 à la Ciotat. Ce concept a été élaboré par Olivier Lanoë, le terme AMACCA a été déposé à l’INPI. Cette initiative s’est inspirée de l’expérience des AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) afin de la transposer dans le champ des politiques Culturelles. Son fonctionnement est basé sur le micro mécénat, de « citoyens-spectateurs-producteurs ». Elle préfigure une organisation sociale, alternative, dans le secteur culturel. Le micro mécénat est une pratique « élaborée », collective, permettant à un groupe de particuliers de s’allier autour d’un projet culturel commun et de porter sa création et sa diffusion. Le micro-mécénat, comme le mécénat individuel, peuvent ainsi représenter l’amorce d’une nouvelle approche du financement qui s’inscrit dans une logique d’économie sociale permettant aux individus de ne plus être seulement consommateurs, mais d’être aussi co-créateurs de projets culturels.

Les AMACCA, constituées en associations loi 1901 sont reconnues d’intérêt général. Elles sont organisées en micro réseaux, peuvent aussi solliciter le secteur des entreprises locales ou les collectivités territoriales, à partir du moment où leur totale indépendance est respectée. Les réseaux d’AMACCA relient la culture et la citoyenneté active.

Les citoyens s’emparent des politiques culturelles !

Les réseaux de proximité, sont les fondations sur lesquelles se bâtit ce modèle économique, porteur de mutualisation, d’échange entre les individus et les communautés aux différentes échelles territoriales.

Ce principe, tend à restaurer un lien entre spectateurs et artistes, en permettant une autre forme d’expérimentation culturelle, économique, sociale et solidaire.

Dans les politiques culturelles actuelles, beaucoup d’artistes ne trouvent pas leur place dans l’espace culturel, ils sont écartés des circuits marchands ou institutionnels. Les professionnels de la culture sont habitués à ne reconnaître que ce qui est retenu par eux, souvent en toute confidentialité.

A travers l’AMACCA les porteurs de projets culturels et artistiques peuvent trouver, grâce à la reconnaissance et à l’implication directe du public via le micro-mécénat et le mécénat, un soutien économique et solidaire pour créer en toute indépendance. Le spectateur devient spect’acteur, il est directement impliqué dans la réalité de la vie culturelle de la cité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *